Avoir travaillé en tant qu'animatrice d'ateliers théâtre auprès de classes clis, public dit difficile et pourtant tellement formidable, m'a amené à développer de nouvelles approches de pratique théâtrale. Le théâtre permet aux enfants souffrant de problèmes tels que tdah, hpi, et dys ... d'exploiter leurs potentialités intellectuelles, affectives et psychiques. En effet, bien que passant par le jeu, nous travaillons sur : 

 

- Le développement psychomoteur : L’espace, scénique, sonore et corporel, le rythme : temporalité, coordination, le mouvement : posture, déplacement, conscience corporelle, tonicité.

- Le langage : voix, respiration, placement et projection, la parole : articulation, intonation, phonologie et prosodie, le vocabulaire : mots, expressions, lexique, syntaxe et pragmatique. 

- Le cognitifflexibilité, attention, concentration, adaptation aux situations, accès au symbolisme, empathie. 

- La mémoire de travail, mémoire à court et à long terme : associative, spatiale.

- Le fonctionnement social : respect des règles, cohésion, acceptation de l'effort et la contrainte de la participation collective. 

- Le psychoaffectif : confiance en soi, gestion des émotionsémulation collective rassurante, libération des tensions, auto-contrôle.

- la créativité : jeux de scènes, improvisations, stimulation de l’imagination.

 

Le théâtre peut également se révéler un formidable outil pour travailler avec les jeunes en échec scolaire, déscolarisés et les jeunes adultes connaissant des difficultés sociales, relationnelles, psychiques, étant en situation de handicap, ou marginalisés..

En effet, les ateliers leur permettent de :

- rompre l'isolement et l'exclusion sociale 

- créer du lien interpersonnel, enrichir leur réseau social et affectif.

- les aider à retrouver confiance en eux et s'exprimer publiquement.

- les convaincre qu'ils sont capables de mener un projet à terme.

- leur donner un cadre routinier rassurant.

les rendre autonomes.